> espace client
notre sélection

Le Brexit fête ses 2 ans dans la morosité.

Le Brexit fête ses 2 ans dans la morosité.   Forbes 25 06 2018 2 ans (déjà) après le vote

L’été sera chaud.

L’été sera chaud. Atlantico 25 06 2018 Avant de partir en congés, il est souvent raisonnable de faire un petit

Le bal des banques centrales continue !

Le bal des banques centrales continue ! Forbes 18 juin 2018 La semaine a été marquée par les réunions successives des

les plus lus

Le Brexit fête ses 2 ans dans la morosité.

Le Brexit fête ses 2 ans dans la morosité.   Forbes 25 06 2018 2 ans (déjà) après le vote

L’été sera chaud.

L’été sera chaud. Atlantico 25 06 2018 Avant de partir en congés, il est souvent raisonnable de faire un petit

NEWSLETTER

actualités - 19/03/2018

Et si les rachats d’actions s’arrêtaient ?

Et si les rachats d’actions s’arrêtaient ? Forbes 19 mars 2018

 

De quoi s’agit-il ? Les entreprises procèdent depuis plusieurs années à des achats de leurs propres titres. En effet, elles ont des liquidités abondantes et ont le choix : soit d’investir pour développer leur chiffre d’affaires soit de distribuer des dividendes…soit d’acheter leurs propres actions et de les « détruire » dans la foulée. L’avantage principal de cette technique financière pratiquée à haute dose par les entreprises américaines est d’améliorer très rapidement le résultat par action. En effet, les analystes financiers appliquent un résultat donné sur un nombre d’actions moins grand !

Le montant des rachats d’actions aux Etats-Unis a été tel ces dernières années que le stock d’actions disponibles a baissé d’environ 15% depuis le pic de 2010 !

L’enjeu des prochains mois est d’anticiper le montant et la provenance de la demande d’actions. Les entreprises américaines devraient encore atteindre un montant colossal de rachats d’actions de 1000 Milliards de $. 42% de ce montant est le fait du secteur financier qui trouve ainsi le moyen de revenir à un niveau plus normal. En effet, pendant la crise, ce secteur avait fortement émis pour faire face à ses besoins de capitaux pour renforcer sa structure de bilan.

Le plan fiscal de D.Trump facilite grandement, en allégeant la pression fiscale, le rapatriement de capitaux jusqu’ici gelés à l’étranger. Beaucoup d’entreprises vont clairement en profiter pour, elles aussi, procéder à des rachats d’actions. Alphabet, Amgen, Boeing, Cisco, Wells Fargo, Merck…ou Home Depot vont procéder à des rachats d’actions dont le montant dépasse 10 Mads $ pour chacune d’elle. Le record sera certainement dépassé par Apple dans quelques semaines et ainsi en 2018, plus de 100 des 500 sociétés du S&P 500 ont déjà ou vont procéder à des rachats d’actions en 2018.

Le retour aux actionnaires et l’amélioration du résultat par actions et par conséquent le soutien des cours sont les motivations principales de ces plans de rachat d’actions.

Jusqu’à maintenant tout va bien : l’activité mondiale est soutenue, la croissance est là, le dollar faible a bien aidé les résultats des entreprises exportatrices américaines. Les taux, même s’ils ont un peu progressé, restent assez bas et ne sont de toute façon pas un obstacle à l’accès au crédit. Enfin, et peut-être surtout, les liquidités offertes par les banques centrales ont largement facilité l’activité de rachat d’actions.

La tendance vient des Etats-Unis et devrait aussi s’inverser en tout premier outre-Atlantique pour des raisons pratiquement symétriques à celles évoquées plus haut : l’économie pourrait ralentir un peu à partir du 2ème semestre 2018, les taux vont monter un peu et les hausses de salaires, quoiqu’encore modestes, vont peser un peu sur les résultats. La guerre commerciale enclenchée par Donald Trump, récemment instille, également un doute sur l’activité des grandes entreprises exportatrices : la baisse enregistrée par le cours de Boeing par exemple la semaine dernière illustre les craintes des investisseurs.

Les dirigeants ayant procédé à des rachats d’actions ou projetant de le faire à ce niveau de marché font un choix qui est contestable sur un plan stratégique. A court-terme, ils soutiennent certes le cours de bourse, mais pour les actionnaires à long-terme comme nous le sommes, le choix ne nous paraît pas très pertinent : acheter des actions sur un niveau élevé de valorisation n’est pas justifié économiquement et peut aussi traduire une « panne » dans la réflexion stratégique ce qui amène à se poser des questions sur la pertinence de rester investi sur l’entreprise concernée.

Les marchés ont été, surtout aux Etats-Unis, très soutenus par tous ces rachats d’actions. Leur réduction va immanquablement enlever une composante forte de soutien global. Société par société l’impact pourrait être assez fort. Si on reprend l’exemple de Boeing, une allocation forte du cash-flow disponible pour acheter des actions sur un pic de valorisation à un moment où l’entreprise pourrait investir à long-terme sur d’autres segments n’est pas pertinent dans une optique plus longue. Boeing pourrait être pénalisé d’ici 2-3 ans si le marché s’oriente vers des segments sur lesquels Boeing n’a pas investi depuis 4-5 ans. Autre exemple : Walmart qui a annoncé en septembre 2017 vouloir racheter 20 Mads $ de ses propres actions…l’effet a été fort sur le titre pendant quelques semaines…mais on peut se demander si cet argent n’aurait pas été mieux utilisé pour investir afin de contrer Amazon !

Les rachats d’actions ne vont pas s’arrêter du jour au lendemain mais le fait qu’ils ralentissent va ôter un élément de soutien global. Pour nous l’analyse de chaque cas est importante : il faut bien analyser les conséquences à long-terme des choix réalisés par l’entreprise procédant à un rachat d’actions avant d’investir.

 

dans la même rubrique

actualités - 25/06/2018

L’été sera chaud.

L’été sera chaud. Atlantico 25 06 2018 Avant de partir en congés, il est souvent raisonnable de faire un petit

actualités - 25/06/2018

Le bal des banques centrales continue !

Le bal des banques centrales continue ! Forbes 18 juin 2018 La semaine a été marquée par les réunions successives des

actualités - 25/06/2018

Une start-up à 14 Milliards d’Euros.

Une start-up à 14 Milliards d’Euros. Atlantico 18 juin 2018 La semaine dernière Adyen a connu un succès foudroyant pour

actualités - 04/06/2018

Quelques valeurs à suivre !

Quelques valeurs à suivre ! Atlantico 04 juin 2018   Guerre commerciale…Tensions politiques en Italie et en Espagne…questions récurrentes sur les

actualités - 28/05/2018

L’économie américaine résiste.

L’économie américaine résiste. Forbes  28 05 2018 L’économie américaine, contre toute attente, a été une nouvelle fois la plus performante